Oublions les réponses – vivement des questions!

En réfléchissant aux changements que je voudrais voir dans notre système scolaire, je pensais récemment aux difficultés de garder allumés les feux de curiosité, de désir de découverte et d’apprentissage des enfants. Et voilà que je tombe sur une vidéo qui traite précisément de cette question:

http://www.youtube.com/watch?v=HqscXqyN4Dc

Évidemment, ce que M. Krauss propose est controversé. Et pourtant, je trouve ses arguments convaincants. Pas que je ne croie que le salaire soit la principale raison de choix de carrière d’un enseignant, ou que des salaires plus élevés seraient garants d’une meilleure main d’oeuvre… Mais, d’un point de vue compétitif, il est vrai que des gens qui disposent d’une formation scientifique peuvent habituellement obtenir un meilleur salaire en accomplissant un travail autre que celui d’enseignant.

Qu’est-ce que vous en pensez?

Publicités

3 réflexions au sujet de « Oublions les réponses – vivement des questions! »

  1. J’aime beaucoup de ses arguments et commentaires. En particulier, qu’il est important de mettre de l’emphase sur la démarche scientifique et le processus de questionnement plutôt que sur la matière comme tel (c’est d’ailleurs une des premières choses que je communique à mes élèves en début de semestre…quand j’ai la chance d’avoir un début de semestre 😛 ).

    Cependant, je trouve un peu faible cette idée d’offrir un meilleur salaire aux enseignants de sciences. Faut pas mal me comprendre: je serai le premier à offrir mon appui à l’idée d’augmenter les salaires des enseignants… cependant, je ne suis pas convaincu que c’est à l’avantage de l’éducation d’aller chercher du monde formé en sciences qui ne sont motivé que par un gros salaire. On perds-tu vraiment énormément d’excellents enseignants de sciences à des emplois payants hors de la classe? Pas sûr….

  2. Bonne question, Daniel. Je me demande si une telle étude existe. J’ai beau fouiller, je ne trouve pas. Comme toi, je ne crois pas que de gros salaires viendraient régler le problème nécessairement. On se retrouverait alors avec des gens qui choisissent l’enseignement pour l’argent, sans vraiment avoir la passion. Une telle vocation demande un engagement particulier. Mais une bonne étude serait utile, et pourrait nous permettre de savoir s’il y a de nombreuses personnes, qualifiées d’un point de vue scientifique, qui optent pour une autre carrière afin d’en retirer de plus importants revenus. Et je crois qu’il faut éviter de se mettre la tête dans le sable et de se faier acroire que l’argent n’est pas un motivateur important.

    En attendant, je voudrais déjà voir plus d,enseignants de math/sciences qui complètent d’abord un baccalauréat en math/sciences avant d’aller chercher un BEd – pour 2 raisons. D’abord, ça leur donnerait une connaissance plus approfondie des domaines qu’ils sont censés faire découvrir aux élèves. Ensuite, parce que ça impliquerait un choix de l’enseignement plus tard en cours de route, ce qui augmenterait la possibilité que ce soit un choix solide et durable.

  3. Ben si le monsieur dit qu’il a vu un si haut pourcentage d’enseignants qui ne sont pas formés en sciences, c’est que ça doit vraiment être un problème (ou un biais en faveur de son argument). Peut-être plus une réalité des ÉU et/ou de l’élémentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s