Le stand-up – un défi relevé!

J’ai été gâté par la vie. L’amour, l’amitié, la famille, la santé – j’ai vraiment tout pour être heureux. Et j’ai aussi eu le bonheur de me découvrir toutes sortes de passions au fil du temps : l’improvisation, l’enseignement, les sciences…

Mais, heureusement, il me reste encore des découvertes à faire à propos de ce qui peut me rendre heureux. En janvier dernier, je me suis lancé un défi. Dans le cadre du Festival de l’humour Hubcap, à Moncton, un concours amateur allait donner la chance à des nouveaux de tenter leur chance à faire du standup. En voyant l’annonce du concours passer, je me suis dit : « Hmmm… je me demande si… » Et là, c’était officiel : je devrais ABSOLUMENT m’y inscrire. Sinon, le reste de ma vie, je me demanderais si j’en aurais été capable…

Je m’y suis mis, j’ai écrit un texte, me suis exercé, ai bénéficié de précieux conseils d’amis qui j’admire et respecte grandement, et je me suis lancé. Sur une scène dans la salle multi du Centre étudiant de l’UdeM, je me suis retrouvé derrière le micro. Et dès le premier rire, j’ai su que j’y avais ma place. Évidemment, je ne me fais pas d’illusions – je n’en ferai pas une carrière. Mais j’ose croire que je n’ai pas eu l’air fou. Ça m’a aidé ÉNORMÉMENT que quelques amis/collègues étaient assis tout près de la scène. Leurs rires m’ont porté à plus d’une reprise.

Je me souviendrai toujours du feeling qui m’a envahi en redescendant de la scène après environ 7 minutes : un mélange de « YES!!! » et de « quessé que j’viens de faire là??? » Je réalisais que je me sentais tellement bien que je devrais répéter l’expérience. Un des côtés très agréables de l’expérience, c’est que j’ai tout de suite bénéficié du soutien  d’un groupe de comédiens que je n’ai rencontré que ce soir-là. Encouragements multiples, accolades sincères, et surtout, invitations à me joindre à eux pour d’autres événements d’humour – ce que j’ai maintenant fait à quelques reprises, et que je referai sûrement à l’occasion.

Chaque fois que j’y retourne, j’en apprends un peu plus sur l’art d’écrire, de se relire, de réviser, de livrer. Les détails sont importants : l’ordre des éléments livrés, les regards, les pauses, le rythme. J’adore ce défi, complètement différent de ce que je vis dans les autres sphères de ma vie. Pour le spectateur, l’humour peut paraître très facile – c’est juste du contage de jokes! Mais je m’étonne encore de la quantité de travail et de réflexion que demande un numéro de qualité.

J’avais hâte au lendemain de l’événement pour en parler à mes élèves. Pas pour me péter les bretelles de ma 2e place (ben… si on se dit les vraies affaires, j’étais content en mautadit…), mais surtout pour leur partager ma fierté d’avoir osé, d’avoir pris un risque, d’avoir fait tout ça « juste parce que », d’avoir plongé dans l’inconnu par souci de dépassement. Un grand sentiment qui continue de m’habiter…

Merci à ceux qui m’y ont encouragé, et qui continuent à croire que j’ai ma place derrière un micro. Bon… faut que j’aille écrire des jokes!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s