Cré moé, j’y crois pas…

Récemment, j’ai eu une conversation avec une éducatrice à qui j’ai dû expliquer que, contrairement à ce qu’on lui avait enseigné, un athée n’est pas une personne qui « ne croit à rien, n’a pas de morale… » J’ai pu déduire que cette croyance lui avait été enseignée par le prêtre de sa paroisse. Ça ressemble pas mal à une stratégie de marketing, comme si l’institution religieuse (Coke) tentait de convaincre le client que l’athéisme (Pepsi), c’était la plus basse forme de l’humanité. Et quand on se sent obligé de « vendre » sa religion, ce n’est pas forcément un bon signe.

Clarifions tout d’abord les termes. Un athée, c’est simplement quelqu’un qui ne croit pas en dieu. C’est tout! En fait, vous êtes tous athées. Oui, oui, même si vous croyez en Dieu… Croyez-vous aussi en Vishnu? Zeus? Râ? Voyez-vous, il y a tout plein de dieux en lesquels vous ne croyez pas. Moi, en tant qu’athée, je franchis simplement un pas de plus : je ne crois en aucun dieu.

Avant que vous ne sentiez le besoin de prier pour mon âme en perdition, ou de vous arranger pour m’éviter à tout prix parce que je suis un déchet humain dénué de toute morale, sachez que je fonctionne très bien en société, que je me préoccupe intensément de mon prochain, et que je n’ai aucunement le goût que vous ne priiez pour moi (mais je ne vous en empêcherai pas, si ça vous fait plaisir).

Les gens qui me connaissent pourraient très bien vous confirmer que je fais régulièrement preuve de compassion, de partage, de bienveillance. J’aime sincèrement des gens, même quand ils me donnent des raisons de ne pas les aimer. Je cherche à faire le bien autour de moi. Oh, je ne me fais pas d’illusions – je suis LOIN d’être parfait! Mais je ne suis pas pécheur, je suis humain. Et, surtout, quand je fais le bien, je le fais pour la simple raison que C’EST CE QUE TOUS LES HUMAINS DEVRAIENT CHERCHER À FAIRE, TOUJOURS!

Voyez-vous, certains croyants pensent que, parce que je ne crois pas en leur Dieu, je ne possède pas de compas moral. Que je suis laissé à mes plus bas instincts, et que je risque de faire des choses impardonnables, faute de phare spirituel pour guider mes actions et mes pensées. Pourtant, je ne me suis jamais retrouvé l’envie de voler, de violer ou de tuer, même sans croire à une entité suprême. Je continue de vouloir le bien, parce que c’est une valeur fondamentalement humaine. Le bien-être d’autrui, la solidarité, le respect des autres, l’espoir… ce ne sont pas des valeurs qui appartiennent à une religion ou une autre, mais plutôt les fondements de l’humanité. Bien sûr, l’histoire a son lot de guerres, de crimes, de méchancetés. Mais l’état de l’humanité aujourd’hui, et les traces de son histoire et de son évolution sociale, compte beaucoup plus d’exemples de bonté et de noblesse que de coups bas et de malhonnêteté.

En fait, j’oserais même dire que mes fondements moraux sont plus solides que ceux qui les définissent au travers de leur religion. À mes yeux, faire le bien autour de soi parce que Dieu voit tout, et dans le but précis de se trouver une belle place au paradis à la fin de ses jours, c’est l’équivalent d’essayer de ne pas tirer les cheveux de sa petite sœur dans l’unique but d’obtenir un beau cadeau du Père Noël. Si on ne fait le bien que pour plaire à une entité suprême, qu’est-ce que ça dit de nos valeurs intrinsèques? Les athées choisissent de faire le bien autour d’eux parce que c’est la bonne chose à faire, parce que c’est ce que ça veut dire que de coexister, de cohabiter, avec plus de 7 milliards de personnes (et bien davantage de plantes et d’animaux) – chercher constamment un équilibre entre son bien personnel et le bien d’autrui.

Pourquoi suis-je athée? Parce que je ne crois pas en dieu. Pourquoi je n’y crois pas? Parce que je ne vois aucune raison de croire en aucun des dieux que je ne connaisse. Parce que je ne ressens aucunement le besoin de m’accrocher à un mythe. Je comprends très bien que l’avènement des religions ait été nécessaire pour des humains qui voulaient des réponses aux grandes questions (Qui sommes-nous? D’où venons-nous? Où allons-nous?) à une époque où nos connaissances et notre technologie ne nous permettaient pas de trouver de réponses. Les mythes religieux sont venus apporter des réponses à ces questions, et rassurer l’être humain quant à son passé et, surtout, son avenir.

Mais aujourd’hui, avec ce que nous savons au sujet des origines de l’univers, de l’évolution des espèces vivantes, des dimensions et de la composition de l’Univers, il m’est inconcevable de demeurer accroché littéralement à des croyances désuètes. Je n’ai aucunement besoin de croire que l’Univers a été créé par quiconque pour être parfaitement en mesure de m’émerveiller devant l’ampleur de l’océan, la magnificence d’un coucher de soleil, la complexité des couleurs des papillons, l’interdépendance des espèces, l’immensité de notre galaxie. Tout ça est merveilleux, sublime, étonnant, simplement de par sa nature. Que le monde soit ce qu’il est tient du « miracle », si l’on veut. Mais ce miracle est naturel, énergétique, physique/chimique/biologique. Pourquoi avoir besoin d’un créateur pour s’en émerveiller?

Un bémol s’impose :  plusieurs « croyants » n’adhèrent qu’à une version très allégée de leur religion, s’en servant comme agent de rassemblement communautaire, ou comme une façon de donner un nom aux valeurs qui les habitent. Ces comportements ne me sont aucunement problématiques – tant que vous faites le bien, vous pouvez bien le faire au nom de ce que vous voulez. Mais trop de gens utilisent encore des doctrines religieuses afin de discriminer, de bafouer, de ridiculiser, de limiter… Et quand les religions servent à excuser les comportements humains les plus sombres, je me demande vraiment si on ne serait pas mieux sans elles…

Je sais très bien que je défends une position que certains voient comme indéfensible. Bien des gens que j’aime et respecte portent en eux des croyances qui sont contraires à ce que je soutiens ici, et j’ose croire qu’ils peuvent me lire avec ouverture et comprendre mon point de vue sans se sentir attaqués.

Mes réflexions au sujet de l’athéisme ont été grandement alimentées par plusieurs penseurs. Parmi ceux-ci…

Carl Sagan : http://atheism.about.com/library/quotes/bl_q_CSagan.htm

Richard Dawkins : http://www.ted.com/talks/richard_dawkins_on_militant_atheism

Et Jaclyn Glenn présente ici une vidéo intéressante qui larifie certaines fausses conceptions au sujet de l’athéisme : http://www.youtube.com/watch?v=CZ3P_UuCg7U&feature=youtu.be&a

 

Publicités

Une réflexion au sujet de « Cré moé, j’y crois pas… »

  1. Super bon texte Yves, encore une fois (je me réfère à ton texte sur l’Acadie) tu penses exactement comme moi (tête de mathématicien je suppose), mais je n’ai pas une bonne plume comme toi pour le dire aussi bien. Je vais surement rediriger des gens à ton texte après des discutions sur la religion.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s