Oui, je suis féministe!

En fait, je ne comprends même pas comment on peut ne pas être féministe… Je crois à l’égalité, à l’équité, au respect de l’humanité fondamentale de toutes et de tous. Comment ne pas y croire? Comment ne pas se battre pour ça?

Ce que je déplore, c’est la connotation négative que certains associent au mot « féminisme ».

(Avertissement: je suis TRÈS LOIN d’être un expert en la matière, et je comprends que le féminisme puisse prendre plusieurs formes)

En fait, pour avoir peur du féminisme, ou pour ne pas embrasser la cause, il faut soit ne pas comprendre ce que ça veut dire, soit se sentir menacé par l’émancipation des femmes trop souvent écrasées. Je suis dégoûté par ces hommes assoiffés de pouvoir machiste qui préféreraient de « bonnes p’tites femmes qui connaissent leur place ». Je déteste partager le genre de gorilles qui distribuent les insultes dégradantes déguisées en compliments comme s’ils rendaient service aux femmes en les graciant de leur testostérone pullulante!

Lire la suite

Publicités

Choisir l’authenticité, l’amour et le bonheur…

Nous avons tous tendance à catégoriser les événements marquants de nos vies, ou de celles des autres, comme étant positifs ou négatifs, selon des critères sociaux souvent inconscients. C’est ainsi qu’on va habituellement célébrer une naissance, mais pleurer un décès. De la même façon, il est coutume d’applaudir un nouveau mariage, mais de se désoler d’une séparation ou d’un divorce. Et pourtant…

Je suis séparé de mon ex-conjointe depuis cet été, et je ne me sens pas en situation de défaite, ou de regrets. Nous avons choisi, très consciemment, de vivre authentiquement nos émotions, nos réels états d’âme, plutôt que de sentir le besoin de faire semblant pour accommoder notre environnement, nos proches, la société, qui auraient probablement trouvé plus facile que nous maintenions le statu quo. Évidemment, notre décision a été longuement réfléchie. Loin d’être naïfs, nous avons su faire la part des choses entre des « difficultés dans un mariage » et une « extinction de l’amour intime ».

Un mariage, c’est fondé sur l’amour, bien entendu – mais, en fait, l’amour sous plusieurs formes. Il faut savoir maintenir une certaine amitié entre partenaires, afin d’apprécier le temps passé ensemble – une complicité, si l’on veut. Il faut un amour partagé pour les enfants lorsqu’ils sont présents au sein du couple. Et, surtout, il faut un amour intime. Un désir de partager le plus profond de soi. Cette flamme qui donne le goût de se lier coûte que coûte, de se confier, de s’appuyer, de se révéler complètement…
Lire la suite

Un défi de taille

J’ai souvent entendu des gens dire: « Le meilleur moment pour changer d’emploi, c’est quand on aime encore celui qu’on occupe. » Eh bien, cet automne, j’ai choisi de tester cet adage.

Toujours très heureux dans mon travail d’enseignant, je n’ai tout de même pas pu me fermer les yeux devant une occasion qui s’est pointée en septembre dernier. C’est ainsi que, depuis le 27 septembre, j’ai le privilège de jouer le rôle de Coordonnateur en construction identitaire au District scolaire francophone-Sud (DSF-S). Mais Yves, me demanderez-vous, quessé ça fait, un coordonnateur en construction identitaire?

Excellente question! Vous me la reposerez en juin, ok? Voyez-vous, ce poste a été nouvellement créé cette année, afin de donner suite au lancement, en juin dernier, à la Politique d’aménagement linguistique et culturel (PALC). Mon rôle est d’accompagner les directions et le personnel des 38 écoles du DSF-S dans l’établissement de stratégies en égard à la langue et la culture. Lire la suite