Choisir l’authenticité, l’amour et le bonheur…

Nous avons tous tendance à catégoriser les événements marquants de nos vies, ou de celles des autres, comme étant positifs ou négatifs, selon des critères sociaux souvent inconscients. C’est ainsi qu’on va habituellement célébrer une naissance, mais pleurer un décès. De la même façon, il est coutume d’applaudir un nouveau mariage, mais de se désoler d’une séparation ou d’un divorce. Et pourtant…

Je suis séparé de mon ex-conjointe depuis cet été, et je ne me sens pas en situation de défaite, ou de regrets. Nous avons choisi, très consciemment, de vivre authentiquement nos émotions, nos réels états d’âme, plutôt que de sentir le besoin de faire semblant pour accommoder notre environnement, nos proches, la société, qui auraient probablement trouvé plus facile que nous maintenions le statu quo. Évidemment, notre décision a été longuement réfléchie. Loin d’être naïfs, nous avons su faire la part des choses entre des « difficultés dans un mariage » et une « extinction de l’amour intime ».

Un mariage, c’est fondé sur l’amour, bien entendu – mais, en fait, l’amour sous plusieurs formes. Il faut savoir maintenir une certaine amitié entre partenaires, afin d’apprécier le temps passé ensemble – une complicité, si l’on veut. Il faut un amour partagé pour les enfants lorsqu’ils sont présents au sein du couple. Et, surtout, il faut un amour intime. Un désir de partager le plus profond de soi. Cette flamme qui donne le goût de se lier coûte que coûte, de se confier, de s’appuyer, de se révéler complètement…

Or, en vieillissant, en grandissant, en apprenant, en vivant de multiples expériences, conjointement et individuellement, les gens changent. Et les racines des élans amoureux peuvent en être affectées. Selon moi, certains couples peuvent très bien « survivre » aux changements parce qu’ils évoluent de façon compatible. Mais il est parfaitement possible – probable, même – que dans certains cas (plusieurs?), les changements ne viennent affecter la nature même de l’amour intime. Le couple fait alors face à un choix : rester ensemble malgré la disparition de cette « flamme », ou mettre fin à leur union afin de se donner l’occasion de trouver l’amour intime ailleurs.

Dans notre cas, il nous était évident que le deuxième choix était le meilleur, sur toute la ligne. Tout d’abord, nous nous reconnaissons le droit au bonheur. Et nous comprenons qu’un réel amour intime est une composante intégrale d’une vie heureuse – en tout cas, pour nous ça l’est. Ne pas s’y donner droit, ce serait étouffer une partie de nous qui a besoin de s’exprimer, de s’éclater. Quoiqu’il ait été souhaitable, peut-être, que notre amour intime ne soit demeuré bien présent, il nous était parfaitement inutile de faire semblant que c’était le cas. Une fois que nous nous sommes avoué cette réalité, nous avons pu nous concentrer sur ce qui était toujours là : une amitié sincère, un respect mutuel inébranlable et un dévouement sans bornes au bien-être de nos enfants! Nous nous sommes chargés de cheminer à nous deux, seuls, dans la compréhension des développements de notre relation. Lorsque nous étions prêts à passer à autre chose, et que notre « deuil » était déjà fait, nous avons pu annoncer notre décision.

Nos enfants ont été les premiers à l’apprendre, et nous avons pris le temps de leur faire comprendre pourquoi nous en étions là. Dans le fond, ce qu’ils devaient savoir, c’est qu’en nous donnant mutuellement le droit de trouver une autre source de bonheur amoureux ailleurs, leur mère et moi mettions en place les conditions pour être de meilleures personnes, de meilleurs parents. Je n’arrive toujours pas à comprendre comment un couple décide, quand la flamme est éteinte pour de bon, de rester ensemble « pour les enfants ». Je ne veux pas porter de jugement envers ces couples – je ne connais pas leurs circonstances – mais il me semble que de faire semblant de vivre un amour sincère et intime, ça doit finir par paraître et se savoir par les enfants, non?

Je serai à jamais reconnaissant d’avoir pu vivre une séparation dans un contexte positif. Notre dévouement à l’authenticité nous permet de vivre cette étape comme un nouveau départ dans nos vies respectives. Je suis également profondément reconnaissant à mon ex-conjointe qui a fait le choix, avec moi, de célébrer nos accomplissements, de chérir nos enfants, et de leur montrer les réalités des relations amoureuses, les variations, les changements, et l’importance de la communication et du sincère souci du bien-être de l’autre. Je me préoccupe bien évidemment de l’impact que tout ceci peut avoir sur mes enfants. Mais je m’émerveille surtout de constater à quel point ils semblent comprendre la situation et en ressortir les leçons essentielles : authenticité, amour, partage, bonheur!

J’ai aujourd’hui le privilège de pouvoir compter sur mes enfants pour me rappeler quotidiennement de l’essentiel dans la vie. Je peux aussi compter sur une ex-conjointe qui est une amie sincère, solide. J’ai des amis qui m’entourent dans l’amour et l’abondance. Et mon cœur a retrouvé la permission de forger des liens plus intimes – ça aussi, c’est un cadeau…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s